Homme, femme ou transgenre: l’Australie élargit officiellement le choix

transgenre ,personne transgenre,Transsexualité,transgendérisme

Le gouvernement australien a annoncé vendredi l’instauration d’une nouvelle nomenclature concernant la reconnaissance des sexes sur les documents officiels, offrant le choix entre homme, femme ou transgenre.

Le procureur général, Mark Dreyfus, a indiqué que cette nouvelle déclinaison, qui entre en vigueur le 1er juillet, simplifiera les choses pour les changements de sexe dans les documents officiels, délivrés par les autorités.

« Nous admettons que les individus puissent être reconnus ou identifiés au sein de la communauté, par un genre autre que celui qui leur a été assigné à la naissance ou par un genre non déterminé« , a-t-il déclaré dans un communiqué.

La décision de Canberra intervient après que la Commission australienne des droits de l’Homme a recommandé en 2009 que le gouvernement envisage des directives nationales concernant les informations ayant trait au sexe ou au genre.

Les nouvelles instructions établissent ainsi que chaque individu doit pouvoir choisir entre « H (homme), F (Femme) ou X (indéterminé, transgenre, non spécifié« .

Pour le changement de genre, le fait qu’il soit le résultat d’une intervention chirurgicale ou d’un traitement hormonal ne sera pas une condition préalable.

Quand quelqu’un voudra que son genre soit modifié sur tous ses papiers officiels, Mark Dreyfus a indiqué que le gouvernement accepterait un certificat médical, un passeport valide depuis plusieurs années avec la mention X ou un certificat de naissance, témoignant du genre voulu.


Le langage non sexiste ou transgenre

transgenre ,personne transgenre,Transsexualité,transgendérisme

Pour Genres Pluriels, la mise en place d’un langage « non sexiste » est très importante aux yeux de nombreuses personnes de genres fluides et intersexes.

La principale raison est qu’un langage « sexiste ou genré » marginalise les femmes, les personnes de genre fluide, les personnes transgenres et intersexes en mettant en avant les hommes par défaut. Cela est particulièrement important quand il s’agit d’utiliser un terme, dont le genre masculin peut amener à faire penser qu’il est naturel que la personne soit un homme et donc pas une femme ni une personne de genre fluide ni une personne intersexe. D’autres utilisations de type non parallèle peuvent également avoir une connotation dépréciative.

Plusieurs pratiques de langage « non sexiste » existent en langue française.
Il s’agit d’introduire des apports linguistiques novateurs, essentiellement (pour l’instant) lorsqu’on parle d’un groupe de personnes composé d’individus indifférenciés ou de genres fluides et intersexes :

* l’emploi du point suspendu est la forme préférée par Genres Pluriels : « musicien·ne·s », « motivé·e·s », et même l’article « un·e »…

Le point suspendu est un caractère spécial qui s’obtient en maintenant la touche Alt du clavier enfoncée et puis en tapant le chiffre « 250 » sur le clavier numérique.

* l’emploi du trait d’union et de sa forte symbolique unioniste :
« musicien-ne-s », « motivé-e-s », et même l’article « un-e »…

* l’emploi du E majuscule : « motivéEs »… Peut-être moins égalitaire, car la majuscule met davantage l’accent sur le féminin. C’est la méthode employée en allemand.

* la création de mots trans-genres : « Illes » ou « els » pour « Ils et elles », « celleux » ou « ceulles » pour « celles et ceux », « chanteureuses » ou « chanteuseurs » pour chanteurs et chanteuses.

* la terminaison bi-genrée : « acteurs/trices » ou « acteurs-trices » ou « actrices·eurs » (pour cette dernière forme en mettant le féminin en premier).

* l’emploi de terme épicène, c’est-à-dire neutre du point de vue du genre : parler de « personnes » plutôt que d’« individus » (ou d’« individu-e-s ») On notera que personne, bien que féminin, peut être employé pour des personnes masculines.

Pour désigner une personne au genre fluide ou intersexe, il existe :

* « elli » ou « yel » pour « ni il ni elle » mais une personne sans connotation de genre.


TRANSSEXUALITÉ

transgenre ,personne transgenre,Transsexualité,transgendérisme

Une personne transsexuelle est une personne qui s’estime appartenir sur les plans psychique, social et sexuel à l’autre sexe que celui qui lui a été attribué à la naissance.

On peut dire que l’inconvénient du terme “transsexualité” réside dans le fait qu’il est couramment confondu avec la sexualité. La transsexualité n’a rien à voir en tant que telle avec la sexualité. La transsexualité consiste à ressentir une identité de genre clairement masculine ou féminine, mais qui ne correspond pas au sexe attribué à la naissance.

FEMALE MASK – STACY  STARTING AT: $350.00

※ Trop réaliste d’aspect et de sensation

※Excellent FEMALE MASK- STACY feminin super souple

transgenre ,personne transgenre,Transsexualité,transgendérisme

http://www.feminization.us/female-mask-full-hood-c-1.html

La transsexualité n’est pas non plus synonyme de traitement de réassignation sexuelle ou d’opérations. Certaines personnes transsexuelles choisissent en effet d’harmoniser leur corps à ce qu’elles ressentent en leur for intérieur et à l’image qu’elles donnent d’elles, mais il existe aussi des raisons pour lesquelles des personnes transsexuelles se contentent de mener une vie sociale dans le rôle de genre qu’elles souhaitent et ne désirent bénéficier d’aucune aide médicale. On compte également un très grand nombre de personnes transsexuelles qui n’osent pas ou ne peuvent pas manifester socialement leur rôle de genre (Motmans, 2009).

Le terme transsexualité est souvent critiqué pour son caractère ‘médical’, mais il demeure cependant le terme le plus connu et le plus courant et de nombreuses personnes trans l’utilisent elles-mêmes pour se qualifier. Ce terme est aussi repris dans la législation belge mais plusieurs associations transgenres souhaiteraient que le terme de “transsexuel-le-s” disparaisse en raison de son caractère idéologique, pathologique et discriminant.

transgenre ,personne transgenre,Transsexualité,transgendérisme

Quel est le taux de fréquence de la transsexualité?

La transsexualité est une phénomène rare. Ses estimations varient fortement dans la littérature. Les chiffres les plus récents datent de 2007 et indiquent une prévalence de transition d’homme vers femme de 1 sur 12 900 et une prévalence de transition de femme vers homme de 1 sur 33 800 (De Cuypere et al., 2007). Ces chiffres varient fortement d’une région à l’autre.

transgenre ,personne transgenre,Transsexualité,transgendérisme

Causes de la transsexualité

Le sentiment d’identité de genre est déterminé entre autres par des processus neurobiologiques. Les causes possibles de la transsexualité ne sont pas encore certaines. Divers domaines scientifiques ont déjà proposé des explications. La neurologie a déjà permis de constater qu’un noyau dans l’hypothalamus pourrait être partiellement responsable de ces plaintes de genre. Divers courants de pensée de la psychologie se sont déjà penchés sur tous les éléments pouvant perturber le développement d’un individu durant sa petite enfance.

Aucune discipline scientifique n’est cependant encore parvenue à fournir une réponse définitive permettant d’expliquer l’origine du phénomène. On s’accorde de plus en plus sur un ensemble de causes. Il faut comprendre par cela que plusieurs facteurs, dépendant à la fois de la biologie, de la psychologie du développement et des aspects relationnels et sociaux, sont peut-être à la base de ce phénomène et peuvent engendrer de graves plaintes de genre ou la transsexualité et les perpétuer.

transgenre ,personne transgenre,Transsexualité,transgendérisme

Prise de conscience des sentiments trans

Les conflits surviennent souvent à l’adolescence, lorsque le développement du corps en homme ou en femme s’accélère. Le garçon ou la fille transsexuel(le) commence alors souvent à se sentir désespéré(e) et incapable de combattre l’évolution corporelle non désirée, ou de l’accepter. Le conflit intérieur est souvent intense durant cette période. Le fait de ne pas savoir quoi faire de soi et de son identité mène certains à des pensées suicidaires. Il n’y a en effet aucune solution ni aucun remède en vue et l’on n’estime pas envisageable de devoir continuer à vivre de cette manière. Certains se replient totalement sur eux-mêmes et mènent une existence solitaire sans perspectives d’avenir. D’autres cèdent à la pression sociale et essaient de passer outre le fait que la nature leur a attribué ‘le mauvais sexe’. Ils se sentent emprisonnés dans leur corps et prennent conscience du caractère désespéré de leur désir. Ils se rendent comptent du fait qu’il est presque impossible de concrétiser dans le monde réel leur certitude d’être une femme dans un corps d’homme ou un homme dans un corps de femme.

C’est cette prise de conscience qui pousse certains à essayer de se résigner à la situation. Certains vont même jusqu’à se marier et à fonder une famille dans l’espoir de pouvoir ainsi se réconcilier avec leur sexe biologique et en supposant y parvenir. Il ressort toutefois des nombreux récits de personnes transsexuelles ayant vécu de telles expériences que l’identité de genre ne s’avère pas “vaincue” si facilement. Avec le temps, ces personnes se retrouvent presque toujours confrontées à leur problème. Elles se rendent compte du fait que toutes leurs tentatives de se résigner à leur sexe biologique n’ont abouti à rien. Dans leur tentative de nier leur identité et dans leur désarroi, certains se demandent parfois pendant un certain temps s’ils ont des préférences homosexuelles ou lesbiennes.

Pour beaucoup, leur vie est bouleversée le jour où ils tombent par hasard sur des ouvrages consacrés à la transsexualité ou lorsqu’ils en entendent parler par d’autres médias. Ils se reconnaissent dans la description de cette thématique et dans les témoignages des autres. Ils comprennent pour la première fois avec certitude ce qui leur arrive. Ils éprouvent un immense soulagement en constatant que d’autres sont aux prises avec les mêmes sentiments, contrairement à ce qu’ils ont cru pendant longtemps.

 

 


TRANSGENDÉRISME

Un transgendériste est quelqu’un qui combine à la fois des caractéristiques identitaires masculines et féminines: les identités de genre féminine et masculine sont simultanément fortement présentes ou absentes. Un transgendériste peut donc avoir le sentiment d’être autant homme que femme, ou ni homme ni femme. Cette personne subit parfois une adaptation corporelle afin d’harmoniser son corps et son identité de genre.

transgenre ,personne transgenre,Transsexualité,transgendérisme

Auparavant

La “Sex Orientation Scale” de Harry Benjamin (1966) abordait uniquement les concepts de travestissement et de transsexualité. Il n’était alors pas encore question de transgendéristes. Le terme est apparu récemment pour désigner une manifestation spécifique de l’identité de genre. Selon Harry Benjamin, les hommes travestis auraient une identité masculine et les hommes transsexuels une identité féminine. Sa classification montre qu’il peut cependant aussi arriver que l’on se sente à la fois homme et femme, ou ni homme ni femme. On peut même se sentir parfois homme et parfois femme. “On ne rentre donc ni dans la case des travestis, ni dans celle des transsexuels, et l’on a l’impression d’être quelque part entre deux chaises” (Vennix P). On devrait donc pouvoir situer le terme transgendérisme dans les quatrième et cinquième catégories de la classification de Harry Benjamin (transsexuel non chirurgical et véritable transsexuel, intensité modérée).

transgenre ,personne transgenre,Transsexualité,transgendérisme

De nos jours

Les termes utilisés par Harry Benjamin ne le sont quasi plus aujourd’hui, celui de transgendérisme est en revanche encore usité. Actuellement, le terme genderqueer est très à la mode. De plus en plus de personnes qui se considèrent comme trans* s’affranchissent du carcan régissant la manière dont une transition devrait se passer et cherchent leur propre voie.

Certains estiment que le nombre de transgendéristes connus à ce jour constitue uniquement la partie émergée de l’iceberg. Selon eux, depuis l’introduction du terme, beaucoup de personnes considérées auparavant comme travestis ou transsexuels se sentent désormais plus à leur place dans cette catégorie. Quelqu’un qui passait autrefois pour un travesti, mais qui aspirait à une réassignation sexuelle partielle ne pouvait pas prétendre à l’époque à un traitement médical. Celui qui tranchait malgré tout le nœud gordien et s’embarquait dans un traitement médical, se sentant plus transsexuel que cross-dresser, devait alors se soumettre à ‘l’ensemble du processus’. Un certain nombre de transgendéristes auraient ainsi été qualifiés à tort de transsexuels…

D’autres estiment que le transgendérisme constitue uniquement une phase transitoire préliminaire au but final: une transformation sexuelle complète. Ce stade intermédiaire entre homme et femme ne serait pour eux qu’une période prolongée mise minutieusement à profit par le transgendériste pour se préparer et préparer son entourage avant de parvenir enfin à sa nouvelle vie d’homme ou de femme…

Il est en tout cas certain que le transgendérisme peut en définitive mener à la transsexualité et donc à une inversion totale des rôles. Cela peut arriver, cela ne veut pas dire pour autant que cela doive arriver. L’objectif final de tout traitement médical (ou accompagnement psychologique) doit se résumer à faire en sorte que l’on puisse surtout être soi-même. Qu’il s’agisse d’être un homme, une femme, un peu des deux ou les deux à la fois, cela n’a en principe que peu d’importance. Du moment que l’on se sent bien, que l’on se sent mieux dans sa peau et que l’on se sait estimé(e) par les autres. Autrement dit, l’important est de soulager les plaintes de genre (dysphories de genre).

transgenre ,personne transgenre,Transsexualité,transgendérisme

Nous avons tous besoin de nous savoir acceptés et estimés par notre entourage. C’est ce qui nous pousse à aller de l’avant. Les enquêtes de satisfaction à la suite de traitements de réassignation sexuelle auprès de personnes transsexuelles ont déjà montré à plusieurs reprises que le soutien de l’entourage est d’une importance cruciale dans ce processus. Il en va de même, sinon plus, pour les transgendéristes. Dans notre culture, on pense en effet encore surtout en termes d’homme et de femme, une dichotomie spécifique. Cela peut donner aux transgendéristes le sentiment de ne pas être reconnus dans leur identité entre homme et femme, d’être sans cesse poussés dans l’une ou l’autre case.

Cela a également un impact relationnel énorme: il se peut qu’un(e) partenaire accepte que son partenaire se travestisse, il reste malgré tout fondamentalement un homme. Dans le cas du transgendérisme, il en va tout autrement: le transgendériste se sent en effet quelque part entre l’homme et la femme et souhaite (parfois) confirmer cela à l’aide d’une transformation sexuelle partielle. Pour de nombreux partenaires, cela dépasse souvent les bornes. On ne veut pas vivre avec une demi-femme, un demi-homme, on ne se sent pas lesbienne, on a le sentiment de perdre pour toujours son partenaire masculin…

FEMINI GIRDLE CP1 CP2 STARTING AT: $385.00

●Très confortable comme votre deuxième peau. vous seriez étonné de voir les lignes douces de une vrai femme.

●FEMINI GIRDLE CP1 CP2 en silicone uniquement conçue pour les transgenres

transgenre ,personne transgenre,Transsexualité,transgendérisme

http://www.feminization.us/vagina-prosthesis-c-16.html

D’autres problèmes peuvent accompagner le transgendérisme (Vennix):

  • Comme l’on pense soi-même aussi uniquement selon la dichotomie homme-femme, on trouve souvent plus difficile d’intégrer ces deux identités en un tout. C’est pourquoi on passe sans cesse d’un rôle d’homme à un rôle de femme à cause de la peur du rejet et de l’isolement social si l’on faisait cohabiter les deux.
  • Les transgendéristes manquent souvent de modèles de rôle, d’exemples auxquels ils puissent s’identifier. C’est pourquoi il est difficile pour ces personnes de continuer à croire en elles et de persévérer dans leur choix entre homme et femme.
  • Le manque de possibilités de laisser libre cours à l’identité féminine peut tourner à l’obsession et faire naître le désir de porter des vêtements de femme.
  • Il peut en résulter une aversion pour les caractéristiques sexuelles masculines, celles-ci entravant une présentation féminine. Les sentiments qui en découlent peuvent littéralement être ambivalents : le désir d’une réassignation sexuelle (partielle), mais aussi la peur d’un rejet social dans l’hypothèse où l’on s’y soumettrait.

Le transgendérisme ne s’accompagne toutefois pas nécessairement de problèmes. Certains partenaires parviennent à intégrer le transgendérisme de l’un(e) d’eux (elles) dans leur relation. Ces personnes ont alors le sentiment, après avoir surmonté tout cela, d’être plus proches l’une de l’autre, de mieux se comprendre et de mieux s’entendre. Cela permet également à la personne transgendériste de se sentir mieux acceptée et soutenue et d’avoir un plus grand sentiment de confiance en elle, ce qui se répercute sur d’autres aspects de la vie.

 

 


CROSS-DRESSING

Le terme ‘cross-dressing’ (habillement croisé) s’applique à la fois aux travestis et aux drag queens/kings. Alors que les drag queens et drag kings se livrent à une performance (que ce soit ou non pour dénoncer la construction du genre façonnée par la société, ou simplement pour s’amuser), le travestissement permet au travesti d’exprimer sa perception de son identité profonde.

transgenre ,personne transgenre,Transsexualité,transgendérisme

Travestissement

Le travestissement est le plus souvent envisagé sous la forme d’un homme qui s’habille en femme, se présente et se comporte comme telle. Les femmes qui s’habillent en homme ou se comportent comme tels ne sont la plupart du temps pas considérées comme des travestis. Cette dénomination dépend apparemment beaucoup de la connotation culturelle. D’un point de vue social, les hommes travestis sont également beaucoup moins tolérés. C’est aussi la raison pour laquelle beaucoup ne se travestissent que chez eux, dans l’intimité ou en secret. Les travestis, hommes et femmes, ne sortent souvent que le soir, dans l’obscurité.

CHERRY POPPER  STARTING AT: $260.00

※ Il est tres facile de porter la CHERRY POPPER

※CHERRY POPPER est une prothèse en silicone le plus avancé dans le monde

transgenre ,personne transgenre,Transsexualité,transgendérisme

http://www.feminization.us/vagina-prosthesis-c-16.html

Beaucoup d’hommes s’adonnent pourtant au cross-dressing. La proportion de travestis masculins dès l’âge de 20 ans aux Pays-Bas est estimée entre 1 et 5% de la population globale (Vennix. P.). La plupart des cross-dressers sont hétérosexuels, beaucoup sont en couple et / ou ont des enfants. Un grand nombre d’entre eux ont commencé à porter des vêtements de fille durant leur enfance, parfois plus tard.

Les raisons qui les poussent à se travestir peuvent varier, mais sont la plupart du temps liées au sentiment d’identité de genre, au sentiment d’être un homme et / ou une femme. Le travestissement peut ainsi permettre d’exprimer la part intérieure d’identité féminine, mais aussi procurer une sensation d’apaisement, permettre de se sentir plus à l’aise en vêtements de femme.

transgenre ,personne transgenre,Transsexualité,transgendérisme

Le travestissement résulte le plus souvent d’une pulsion irrépressible difficile à exprimer avec des mots. Cette pulsion peut varier en intensité dans le temps. On essaie généralement de refouler cette pulsion, d’où l’idée qu’il ne serait pas tolérable d’y cèder, que ce n’est pas concevable au sein d’une relation, etc. Le désir de travestissement demeure cependant la plupart du temps latent, jusqu’au moment où l’on se trouve à nouveau confronté à cette partie de soi-même. Personne ne peut garantir que le désir de travestissement disparaisse pour toujours. Le travestissement peut également évoluer et mener au transgendérisme et/ou à la transsexualité.

Il est important d’arriver à accepter soi-même son travestissement. En effet, il ne s’agit pas d’une maladie et vous n’êtes pas seul(e). C’est une donnée avec laquelle il faut apprendre à vivre, à laquelle il faut se faire. Certains y parviennent sans trop de problèmes et abordent très tôt leur travestissement au sein d’une relation ou avec leurs amis. C’est pourquoi leur partenaire (souvent féminine) l’accepte plus facilement. D’autres éprouvent beaucoup plus de difficultés à accepter cette part féminine de leur personnalité et à l’intégrer dans leur vie. Ces personnes éprouvent généralement des sentiments de honte et de culpabilité.

Lorsque le travestissement est abordé au sein d’une relation alors que celle-ci existe déjà depuis un certain temps, plusieurs scénarios sont possibles. Soit on essaie d’intégrer le travestissement d’une manière ou d’une autre au sein de la relation ou de la vie de famille, soit cela peut signifier la fin inéluctable du couple. Tout dépend du moment où l’on est informé(e) des sentiments féminins de son partenaire et de la manière dont cela se passe. Il est clair qu’il est essentiel d’adopter une communication ouverte et honnête. Il vaut mieux que les deux partenaires se soient mis d’accord au sujet du travestissement du père avant d’en informer les enfants afin de leur éviter d’être tiraillés dans des conflits de loyauté. Il faut également être attentif au risque de harcèlement par les autres.

transgenre ,personne transgenre,Transsexualité,transgendérisme

Quoi que l’on décide, que l’on choisisse ou non d’afficher son travestissement, les éléments suivants constituent souvent des problèmes auxquels on est confronté (Vennix. P.):

  • le manque d’acceptation de soi, allant souvent de pair avec la peur d’être découvert;
  • la solitude et l’isolement parce qu’on n’ose entretenir une relation;
  • des sentiments dépressifs.

Le fait de s’adresser à un professionnel spécialisé en la matière ou de participer à une soirée d’entraide peut constituer le début d’un changement.


Cisgenre, transgenre : tout un vocabulaire

C’est inévitable : dès qu’on commence à lire quelques écrits parlant de transidentité, on se heurte à un vocabulaire spécifique. À y réfléchir, c’est tout à fait logique : on s’intéresse à un thème en particulier, on souhaite avoir un certain niveau de précision dans ce que l’on dit afin de bien pouvoir faire comprendre ses idées, donc on se met d’accord sur des termes afin de pouvoir mieux communiquer.

transgenre ,personne transgenre,Transsexualité,transgendérisme

Dans ce vocabulaire bien spécifique, on entend souvent un terme : « cisgenre ». Il désigne la simple contrepartie de la transidentité : s’il y a des personnes qui se définissent comme transgenre et qui ne sont pas en accord avec le genre qu’on leur a assigné à la naissance, il y a également des personnes qui ne sont pas dans ce cas. Ces personnes, on les qualifie de cisgenre, par construction à partir de la racine latine du mot : car si « trans » signifie « de l’autre côté », « cis » se traduit quant à lui par « de ce côté-ci ». En d’autres termes, une personne transgenre traverse la barrière des genres à un moment où à un autre de sa vie, là où une personne cisgenre reste pour toujours du même côté et ne s’inquiète pas forcément pour cela.

On peut s’interroger sur l’intérêt d’une telle « classification ». D’aucuns argueront que le fait de diviser encore l’humanité en deux n’est pas une bonne idée et que cela ne contribue qu’à plus de clivages et d’hostilités. Je comprends l’inquiétude, mais je ne la partage pas : l’hostilité existe déjà, les personnes transgenres sont déjà majoritairement mises au ban de la société.

En outre, l’usage a toujours tenté de placer un mot sur le fait de ne pas être transgenre. On a parlé de femme normale, d’homme normal : ce n’est pas très élégant car cela renvoie la transidentité au niveau d’anomalie ; d’autant que l’on confond dans cette terminologie la norme sociale et la normalité, ce qui n’est pas une confusion très heureuse non plus. J’ai déjà entendu parler de femme « bio » (biologique), d’homme « bio », ce qui n’a pas vraiment de sens lorsque l’on constate que les personnes transgenres ne sont pas plus ou moins biologiques que les autres (non, nous ne sommes pas des cyborgs… malheureusement, ça pourrait être cool de tirer des rayons laser par les yeux). Enfin, les dénominations de « vraie femme » et de « vrai homme » sont clairement problématiques car elles renvoient la transition comme étant une imposture, une usurpation, alors qu’elle révèle au contraire la nature et l’identité de la personne en mettant en conformité son apparence vis-à-vis de la société et son ressenti intime.

transgenre ,personne transgenre,Transsexualité,transgendérisme

Pour faire un parallèle, il s’agit de la même contrepartie qui existe entre les termes « hétérosexuel » et « homosexuel ». L’hétérosexualité ayant été considérée, dans notre culture, comme étant la norme sociale, on a d’abord défini l’homosexualité comme étant une anomalie spécifique, et on a cherché à la nommer. Ensuite, on a un peu réfléchi, et on s’est rendu compte que c’était pas terrible de dire que les personnes non-homosexuelles étaient « normales », car ça qualifierait effectivement l’homosexualité comme étant une anomalie (ce qu’elle n’est pas), donc on a inventé le terme « hétérosexuel », qui avant cela n’existait pas. Avec le temps, on a raffiné, aujourd’hui on parle notamment de bisexualité (mais ça sera le sujet d’un futur article pour parler plus en profondeur de cette notion) et d’autres variations encore sur le thème de l’orientation sexuelle ; y compris d’ailleurs de ne pas en avoir (on appelle cela l’asexualité, mais ça aussi, on y reviendra sans doute). Un jour, sans doute (et je l’espère), notre culture dépassera ces concepts et on pensera l’amour en tant que tel plutôt qu’orienté vers des hommes ou des femmes.

transgenre ,personne transgenre,Transsexualité,transgendérisme

Et il se passera la même chose pour la question de l’identité de genre : un jour, j’espère, on pensera l’humain en tant que tel plutôt que de le désigner comme étant homme ou femme. Ce jour-là, les termes cisgenre et transgenre seront inutiles et même plutôt néfastes car clivants, binaires, séparant les gens en des catégories un peu trop hermétiques et distinctes.

Mais ce jour-là, on n’y est pas encore. Pour le moment, c’est malheureusement nécessaire.

FEMALE MASK – MANDY  STARTING AT: $350.00

♦Un réalisme étonnant : souple et doux à la fois

♦Naturels et doux, mous et souples comme le toucher de vraies femmes

♦Condition: Nouveau

♦Vous pouvez bien sûr choisir votre taille, en fonction de votre silhouette mais aussi de vos goûts

transgenre ,personne transgenre,Transsexualité,transgendérisme

http://www.feminization.us/female-mask-full-hood-c-1.html


Le manifeste du travesti

FEMALE MASK - PEGGY    STARTING AT: $350.00

♠FEMALE MASKS proviennent des meilleurs fabricants. ♠ Très belle qualité! Une version économique dont le rapport qualité prix est excellent! ♠ FEMALE MASKS sont pleines avec une souplesse et une pliabilité qui leur permettent de se mouler sur votre visage d'origine en tout confort transgenre ,personne transgenre,Transsexualité,transgendérisme

http://www.feminization.us/female-mask-full-hood-c-1.html

Se travestir, « qu’est-ce que c’est » ? Nous avons déjà discuté de ce qu’était – et ce que n’était pas – l’acte de travestissement. Aujourd’hui, penchons-nous sur ce qu’implique « être travesti ». Ce manifeste du travesti, non-exhaustif et absolument subjectif, propose un éclairage sur ce que sont – et ne sont pas – les travestis. À la lecture de celui-ci, à vous de nous dire si vous en êtes signataire ou pas ! Être travesti, c’est… transgenre ,personne transgenre,Transsexualité,transgendérisme  

Être travesti, c’est s’accepter

Être travesti, c’est accepter son corps, qu’il soit petit ou qu’il soit grand, qu’il soit fin ou qu’il soit rond. C’est accepter l’idée que l’apparence vestimentaire soit dissociable de l’apparence corporelle, c’est comprendre que la parure n’altère pas la nature. Être travesti, c’est accepter son cœur, s’abandonner à ses envies de robes courtes, couvrir ses besoins de jupes patineuses. Être travesti, c’est réprimer l’idée de refouler l’envie, c’est accepter qui l’on est, quoi que l’on soit. C’est s’accepter, pleinement et simplement. transgenre ,personne transgenre,Transsexualité,transgendérisme

Être travesti, c’est se redécouvrir

Être travesti, c’est apprendre à se connaître, c’est faire fi de vingt, trente ou quarante ans dans le rôle d’un inconnu. Être travesti, c’est retrouver son âme d’enfant, c’est s’autoriser à s’émerveiller de ce qui brille et de ce qui tinte. C’est retrouver le plaisir de la découverte, c’est emprunter de nouveaux chemins vers d’autres horizons. Être travesti, c’est comprendre ce qui rend le « je » intime si différent du « je » de façade. C’est redécouvrir celle ou celui qu’on a trop longtemps bâillonné mais dont on a toujours secrètement rêvé qu’il ne s’exprime. transgenre ,personne transgenre,Transsexualité,transgendérisme

Être travesti, c’est prendre des risques

Être travesti, c’est franchir les frontières, c’est enjamber les barrières et c’est braver l’inconnu attrayant, fascinant, et séduisant. Être travesti, c’est préférer l’aventure au confort, c’est avoir moins peur du danger que de la léthargie. Être travesti, c’est préférer pédaler vers le sommet d’un col de notre désir, plutôt qu’être transporté dans un bus que l’on ne choisit pas. C’est ne pas compter les efforts et laisser derrière soi l’inconfort d’être « quelqu’un d’autre ». Être travesti, c’est prendre le risque d’être épanoui, contre celui de ne pas être. transgenre ,personne transgenre,Transsexualité,transgendérisme

Être travesti, c’est vivre comme on le souhaite

Être travesti, c’est cesser de vivre selon le choix d’autrui. C’est accepter que l’on puisse vivre autre chose que l’existence qui nous est programmée. C’est prendre le contrôle de ses peines et de son bonheur. C’est renoncer à deux-mille ans de constructivisme social, c’est refuser que l’institution et que la tradition ne soient façonnés et, à tout jamais, gravés dans le marbre. Être travesti, c’est vivre selon ses propres choix et ses propres règles, tout en acceptant que l’autre puisse aussi prendre ses décisions et vivre selon son propre souhait. transgenre ,personne transgenre,Transsexualité,transgendérisme

Être travesti, c’est ignorer les étiquettes

Être travesti, c’est ne plus distinguer le blanc du noir, le pair de l’impair, l’angle de la courbe ou l’aigu du grave. C’est décloisonner les disciplines, les goûts, les envies et les tendances. C’est ne plus attribuer une destinée selon des critères non-maîtrisés. Être travesti, c’est ne plus « genrer » : c’est mélanger les allées « homme » aux rayons « femme », c’est accepter que la jupe ait toujours été mixte, bien au-delà de notre civilisation, éphémère. Être travesti, c’est refuser de coller des étiquettes selon la religion, l’âge, l’aspiration politique ou le sexe. transgenre ,personne transgenre,Transsexualité,transgendérisme

Être travesti, c’est ignorer le regard des autres

Être travesti, c’est vivre sans craindre le jugement extérieur. C’est comprendre que nous sommes tous la victime d’un autre, que l’on soit potelé, que l’on bé-bé-bégaye, que l’on boite ou que l’on porte un pantalon trop court. C’est s’affirmer contre vents et marées, le pas sûr et le menton haut, quoi qu’on en dise, quoi qu’il arrive. C’est être déterminé et faire contre mauvaise fortune bon vent. Être travesti, c’est ignorer le regard des autres, parce qu’en s’y fiant, on serait sans doute jugé, raillé ou discriminé pour notre trop grande banalité. transgenre ,personne transgenre,Transsexualité,transgendérisme

Être travesti, c’est être tolérant

Être travesti, c’est ouvrir son esprit, c’est élever son âme. C’est accepter la différence, c’est accepter que d’autres puissent vivre autrement et diversement. Être travesti, c’est envisager que notre point commun à tous est d’être unique. C’est imaginer que chacun puisse agir et penser selon son libre arbitre et que rien ne nous permette de juger les convictions qui ne sont pas les nôtres. Être travesti, c’est être tolérant et comprendre à quel point les communautés minoritaires ont des aspirations convergentes : celles de vivre librement et, surtout, dignement. transgenre ,personne transgenre,Transsexualité,transgendérisme

Être travesti, c’est se battre pour un monde plus juste

Être travesti, c’est repousser les ténèbres dans un monde de lumière. C’est faire front à l’interdit, pour que les descendants de nos descendants soient aussi libres que l’imaginaient les parents de nos parents. Être travesti, c’est combattre le conformisme où seuls l’étalon du masculin et l’archétype du féminin n’existent. C’est construire un monde libre et juste où chacun puisse s’exprimer, sans se soucier d’entrer dans une norme glissante à chaque génération. Être travesti, c’est offrir à chaque enfant de la Terre le droit de s’exprimer et de s’épanouir. transgenre ,personne transgenre,Transsexualité,transgendérisme

Être travesti, c’est être soi-même

Être travesti, c’est faire tomber les masques, c’est se dévoiler, c’est s’exposer. C’est abandonner son rôle pour assumer son être, c’est prendre position dans un monde qui n’attend de vous que vous vous rangiez, sagement et indistinctement. Être travesti, c’est prendre conscience que jamais, au grand jamais, le traditionalisme ne pourra vous faire renier votre propre identité, parce que même dans la pluie, dans le froid et dans le noir, il vous est impossible d’être quelqu’un d’autre que vous-même. Si être travesti c’est être soi-même, alors je suis travesti. transgenre ,personne transgenre,Transsexualité,transgendérisme  

Tous les cadeaux du Noël des travestis 2016

transgenre ,personne transgenre,Transsexuel,Transsexualité,transgendérisme

Pour la quatrième année consécutive et après des semaines d’attente, les inscrit(e)s au Noël des travestis ont pu arracher les papiers de leurs cadeaux. Grâce à cette chaîne de solidarité et d’amour, les honorables lectrices et lecteurs  ont pu recevoir des petites attentions féminines sous le sapin. Sans plus de palabres, découvrons les merveilles que renfermaient ces petits paquets colorés.

À l’année prochaine pour un nouveau Noël des travestis !

Pensées à Ludivine et Anna qui n’ont pas pu poster leurs cadeaux 

 

Virginie65

Cadeau_Virginie

Virginie65

Coucou de Virginie.

Un grand merci pour ce cadeau : le livre que je cherchais depuis des mois, un grand merci !

Je suis très touchée par ce cadeau.

J’adore les bijoux aussi.

Un grand merci !

La Grande Julie

Cadeau_Julie

Grande_Julie_AvatarJ’ai reçu un petit sac tout doux contenant un foulard, plein de bijoux et une petite « ordonnance » pour bien s’en servir (rires) !

Pas de souci, Virginie : je saurai respecter tes conseils ! ?

Merci pour tous ces cadeaux et joyeux Noël !

Océane

Cadeau Océane 1

J’ai réussi à trouver dans la journée un petit moment de calme et de tranquillité. J’en ai illico presto profité pour foncer ouvrir mon cadeau et j’en ai pleuré de joie ! Merci Jaina.

Maintenant je n’ai pas d’excuses, plus qu’à aller lire à fond les tuto maquillage, les apprendre par cœur et commencer à mettre en pratique !

J’ai reçu :
une super palette pour les yeux, deux rouges à lèvre et un gloss, deux vernis à ongle, deux crayons pour les yeux, du blush, du fond de teint, une échantillon de parfum, des lingettes démaquillantes, un super bracelet, un magnifique collier, une perruque.

Le tout accompagné d’un magnifique mot dans une belle carte postale.

Elena

Cadeau Elena

Avatar_ElenaCoucou, allez je commence la bal !

Et je suis super contente car la boite de Lego Star Wars, c’est super mais alors la palette Urban Decay, qui plus est la Smoky, j’en rêve depuis des lustres et la c’est le genre de cadeau qui me touche !

Merci la grande Julie, un gros bisous car tu n’aurais pas plus viser plus juste.

Kevin

Cadeaux_Kevin

Avatar_Kevin

Me voilà avec mes petits cadeaux qu’Elena m’a gentiment offerts !

Il y a donc le premier tome du manga Amatsuki, une aventure se déroulant durant l’ère Edo. Un manga que je n’avais pas, ni suivi en anime, une découverte donc. J’ai également eu un célèbre Amiibo de chez Nintendo, sous la forme d’un Yoshi rose en peluche. Il sera nickel dans ma collection. Et pour terminer, je porte une chemise bleue vraiment sympa qui peut aussi bien servir dans mes looks de mec ou de nana. Comme vous le voyez, j’ai été rudement gâté et je suis ravi de tous ces cadeaux.

Encore merci Elena !

Frédéric

merci_kevin

Frederic_Avatar

Oh la la ! Que d’émotion pour Noël j’ai reçu des chocolats, miam !

Que dire si ce n’est que d’avoir reçu de magnifiques cadeaux de la part de Kevin est aussi un grand moment de bonheur.

Tout d’abord la Chocolate Bar de « Too Faced » (Que j’ai vraiment pris pour du vrai chocolat avant de l’ouvrir) et un super kit de pinceaux « Real Techniques ».

La palette sent vraiment le chocolat et ce sont des tons que j’adore.

Vraiment génial…

Mille mercis, Kevin !

Jérômine

Cadeau_Jeromine2

Voici pour ma part ce que j’ai reçu.

Le tout accompagné d’une lettre très gentille que je me garde précieusement.

Plus qu’à essayer le tout.

Jaina

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Avatar_Jaina

Un grand merci à Sophie pour sa magnifique palette Estée Lauder. Je n’ai pas fini de passer du temps devant ma glace à chercher le meilleur mariage de couleur pour mes yeux.

Il ne faut pas oublier le plaid, parfait pour se tenir au chaud sur le canapé devant un bon film ou une série (surtout qu’en Jaina, j’ai une prédilection pour les jupes courtes et que, du coup, j’ai un peu froid aux gambettes).

J’ai aussi beaucoup aimé ta boîte de colis du Petit Prince (ton mouton était magnifique) et tes papillotes. Elles ont eu un franc succès à mon boulot ! ?

Sophies

Cadeau_Sophies

Avatar_Sophies

Coucou ! J ‘ai ouvert mon colis. Merci à ma bienfaitrice car j’adore ! C ‘est un fabuleux coffret Nuxe composée d’une huile prodigieuse multi-fonctions (visage, corps, cheveux), d’une crème prodigieuse hydratante et défatigante, d’une huile de douche prodigieuse et d’ une bougie prodigieuse.

Je vais pouvoir prendre soin de tout mon corps avec cette marque que j’ai toujours voulu essayer sans jamais vraiment le faire.

Julien d’Andromède

Cadeau_Julien

Avatar_Julien

De mon côté, Anna m’a offert une superbe paire d’escarpins. D’habitude, je n’en porte pas vraiment à cause de mon talon qui me fait très mal mais cette paire est hyper confortable, et surtout, elle est vraiment large ! Je suis ravi parce que cette paire est vraiment jolie (on ne voit pas bien la photo) mais aussi parce que je découvre une marque assez confortable pour un gros pied comme le mien ! ?

Du coup, je pense que je prendrai d’autres paires chez eux.

Merci Anna, merci à toutes pour votre participation ! ?

 

SEMI MASK ANNA            STARTING AT: $230.00

  • Nouveau SEMI MASK ANNA de femme Supreme! Transformation change vos rêves en réalité.
  • Incroyablement réaliste dans les moindres détails avec ses yeux en amande, ses lèvres pleines et sensuelles, son petit nez retroussé, ses pommettes hautes, son menton rond et ses sourcils parfaitement arqués.

transgenre ,personne transgenre,Transsexuel,Transsexualité,transgendérisme

 

http://www.feminization.us/female-mask-semi-mask-c-31.html