Cisgenre, transgenre : tout un vocabulaire

C’est inévitable : dès qu’on commence à lire quelques écrits parlant de transidentité, on se heurte à un vocabulaire spécifique. À y réfléchir, c’est tout à fait logique : on s’intéresse à un thème en particulier, on souhaite avoir un certain niveau de précision dans ce que l’on dit afin de bien pouvoir faire comprendre ses idées, donc on se met d’accord sur des termes afin de pouvoir mieux communiquer.

transgenre ,personne transgenre,Transsexualité,transgendérisme

Dans ce vocabulaire bien spécifique, on entend souvent un terme : « cisgenre ». Il désigne la simple contrepartie de la transidentité : s’il y a des personnes qui se définissent comme transgenre et qui ne sont pas en accord avec le genre qu’on leur a assigné à la naissance, il y a également des personnes qui ne sont pas dans ce cas. Ces personnes, on les qualifie de cisgenre, par construction à partir de la racine latine du mot : car si « trans » signifie « de l’autre côté », « cis » se traduit quant à lui par « de ce côté-ci ». En d’autres termes, une personne transgenre traverse la barrière des genres à un moment où à un autre de sa vie, là où une personne cisgenre reste pour toujours du même côté et ne s’inquiète pas forcément pour cela.

On peut s’interroger sur l’intérêt d’une telle « classification ». D’aucuns argueront que le fait de diviser encore l’humanité en deux n’est pas une bonne idée et que cela ne contribue qu’à plus de clivages et d’hostilités. Je comprends l’inquiétude, mais je ne la partage pas : l’hostilité existe déjà, les personnes transgenres sont déjà majoritairement mises au ban de la société.

En outre, l’usage a toujours tenté de placer un mot sur le fait de ne pas être transgenre. On a parlé de femme normale, d’homme normal : ce n’est pas très élégant car cela renvoie la transidentité au niveau d’anomalie ; d’autant que l’on confond dans cette terminologie la norme sociale et la normalité, ce qui n’est pas une confusion très heureuse non plus. J’ai déjà entendu parler de femme « bio » (biologique), d’homme « bio », ce qui n’a pas vraiment de sens lorsque l’on constate que les personnes transgenres ne sont pas plus ou moins biologiques que les autres (non, nous ne sommes pas des cyborgs… malheureusement, ça pourrait être cool de tirer des rayons laser par les yeux). Enfin, les dénominations de « vraie femme » et de « vrai homme » sont clairement problématiques car elles renvoient la transition comme étant une imposture, une usurpation, alors qu’elle révèle au contraire la nature et l’identité de la personne en mettant en conformité son apparence vis-à-vis de la société et son ressenti intime.

transgenre ,personne transgenre,Transsexualité,transgendérisme

Pour faire un parallèle, il s’agit de la même contrepartie qui existe entre les termes « hétérosexuel » et « homosexuel ». L’hétérosexualité ayant été considérée, dans notre culture, comme étant la norme sociale, on a d’abord défini l’homosexualité comme étant une anomalie spécifique, et on a cherché à la nommer. Ensuite, on a un peu réfléchi, et on s’est rendu compte que c’était pas terrible de dire que les personnes non-homosexuelles étaient « normales », car ça qualifierait effectivement l’homosexualité comme étant une anomalie (ce qu’elle n’est pas), donc on a inventé le terme « hétérosexuel », qui avant cela n’existait pas. Avec le temps, on a raffiné, aujourd’hui on parle notamment de bisexualité (mais ça sera le sujet d’un futur article pour parler plus en profondeur de cette notion) et d’autres variations encore sur le thème de l’orientation sexuelle ; y compris d’ailleurs de ne pas en avoir (on appelle cela l’asexualité, mais ça aussi, on y reviendra sans doute). Un jour, sans doute (et je l’espère), notre culture dépassera ces concepts et on pensera l’amour en tant que tel plutôt qu’orienté vers des hommes ou des femmes.

transgenre ,personne transgenre,Transsexualité,transgendérisme

Et il se passera la même chose pour la question de l’identité de genre : un jour, j’espère, on pensera l’humain en tant que tel plutôt que de le désigner comme étant homme ou femme. Ce jour-là, les termes cisgenre et transgenre seront inutiles et même plutôt néfastes car clivants, binaires, séparant les gens en des catégories un peu trop hermétiques et distinctes.

Mais ce jour-là, on n’y est pas encore. Pour le moment, c’est malheureusement nécessaire.

FEMALE MASK – MANDY  STARTING AT: $350.00

♦Un réalisme étonnant : souple et doux à la fois

♦Naturels et doux, mous et souples comme le toucher de vraies femmes

♦Condition: Nouveau

♦Vous pouvez bien sûr choisir votre taille, en fonction de votre silhouette mais aussi de vos goûts

transgenre ,personne transgenre,Transsexualité,transgendérisme

http://www.feminization.us/female-mask-full-hood-c-1.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *