Est-ce que je suis transgenre ? transexuel ?

Image-00

« Bonjour, voilà ma question est un peu compliquée. Depuis que je suis petite, j’ai tendance à me sentir +garçon que fille. Côté cœur, j’ai des attirances diverses pour les filles et les garçons. Mais ce qui est en train de changer, c’est la vision que j’ai de moi-même et de mon corps en particulier. Par moment, je ne supporte plus l’idée de mettre des soutiens gorges ou d’aller aux rayons « filles » dans les magasins. Qu’est ce que cela signifie ? Je suis transgenre ? Bientôt transexuel ? Je me pose bcp de questions. J’ai souvent tendance à refouler ce que je ressens pour ne pas avoir de problèmes avec les autres… Je ne le vis pas hyper bien. Est-ce qu’il y a des spécialistes vers qui je peux me tourner pour parler de tout ça ? Sans passer par mes parents, si possible. Merci. »

Gabrielle, en BTS communication, 19 ans

L’AVIS DE NOS EXPERTS :

« Bonjour Gabrielle,

Pour certaines personnes, la confusion entre l’orientation sexuelle et l’identité de genre semble rendre la situation compliquée. L’orientation sexuelle, c’est se sentir attiré-e sexuellement par une fille, un garçon, les deux ou aucun. L’identité de genre,  pour faire simple, c’est le sentiment d’être un homme ou une femme indépendamment du sexe assigné à la naissance, et déterminé par les organes génitaux. Ce sont bien deux éléments distincts qu’il convient de ne pas mélanger pour tenter d’y voir clair. Votre question semble par ailleurs essentiellement porter sur l’identité de genre.

Lorsque l’on parle du transgenre, cela recouvre un certain nombre de situations dans lesquelles une personne ressent le besoin irrépressible d’adopter, ponctuellement ou définitivement, les comportements et attributs sociaux du genre (ce qui fait qu’une personne apparait/est perçue comme masculine ou féminine) auxquels elle s’identifie, en contradiction avec son sexe génital. Bon, en ce qui concerne les habits, il s’agit bien d’une construction sociale car, par exemple, porter une robe pour un homme ne fait pas changer son sexe (génital) mais renvoie néanmoins à un sexe « social » féminin (on associe notamment en France, le port de la robe au sexe féminin, à la féminité… mais on voit bien que c’est un point de vue social voire culturel car, par exemple en Ecosse, le port du kilt, sorte de robe, est porté par les hommes, dont le sexe n’est pas pour autant remis en cause…).

Petite anecdote concernant une loi toujours en vigueur en France : la loi du 17 novembre 1800 interdit aux femmes de porter le pantalon. En effet, cette loi précise que « toute femme désirant s’habiller en homme doit se présenter à la Préfecture de police pour en obtenir l’autorisation ». Cette interdiction a été partiellement levée par deux circulaires de 1892 et 1909 autorisant le port féminin du pantalon « si la femme tient par la main un guidon de bicyclette ou les rênes d’un cheval ».

Alors, lorsque l’on est une fille, le fait de rejeter par moment le port du soutien gorge, de ne pas vouloir s’habiller au rayon « femme », est-ce pour autant « basculer » dans le transgenre voire vouloir à terme changer de sexe (et devenir alors trans sexuelle) ? Rien n’est moins simple. Ce peut-être, pour de multiples raisons, un refus de cette fameuse norme sociale qui veut qu’un garçon doive s’habiller en « garçon » et une fille en « fille » (je vous laisse choisir quel habit va à qui…), tout cela en fonction de la pression et autre norme sociale.

Ce qui importe, c’est ce que vous ressentez réellement et comment vous pouvez vous autoriser à le vivre. Comment percevez-vous le fait d’être une femme ? Vous percevez-vous comme une femme ou comme un homme ? Souhaitez-vous être perçue comme un homme (tout le temps, de temps à autre…) ? Comment appréciez-vous votre corps avec des attributs de femme : seins, organes génitaux féminins (le fait d’avoir un vagin par exemple), etc… ? Est-ce agréable, désagréable ? Le fait d’être habillé en « homme » vous suffirait-il ou faut-il aussi que votre corps change / soit modifié ? L’un n’aboutit pas systématiquement à l’autre…

Il peut être intéressant d’évoquer la situation par exemple avec un psychologue clinicien pour démêler la confusion que vous évoquez , et/ou une asso trans (même si la question évoquée dans votre situation n’y est pas spécifique) afin de pouvoir dialoguer avec des personnes qui se sont peut-être posé les mêmes questions que vous. »

SEMI MASK CAROLINE          STARTING AT: $230.00

  • Semi Mask Caroline are designed for the Transgendered, they are made of a soft flesh-like silicone rubber and the prosthetic bodysuit creates the perfect female form.
  • Female mask are very soft, strong and elastic, and they stretch to many times their original size without tearing.

SH16_05
http://www.feminization.us/female-mask-semi-mask-c-31.html

L’avis de Maud-Yeuse Thomas, co-fondatrice de l’ODT (Observatoire Des Transidentités), écrivaine, dessinatrice et peintre :

«Cette question en appelle à une définition succinte et nécessairement générique. Transgenre signifie concrètement s’identifier au genre vécu et éventuellement changer tout ou partie des apparences sociales de genre. Transsexuel (ou transsexe) signifie changer tout ou partie des apparences sociales de sexe. L’on différencie ces deux trajectoires en ce que la seconde demande la modification de ses organes génitaux et une rectification de ses papiers d’identité.

Sur le plan concret, beaucoup de transsexes s’identifient au terme parapluie de transgenre et beaucoup de transgenres ne réalisent pas les changements homonaux-chirurgicaux pour un tas de raison (maladie, argent, famille, enfants, carrière professionnelle, etc).

Votre question implique une forme de rejet mais est-elle temporaire ou non ? Beaucoup de féministes queers ont ce type de comportement sans que cela implique qu’elles modifient tout ou partie de leur corps mais uniquement leurs comportements, apparence. Souvent, il s’agit bien d’une prise de conscience sociopolitique, à savoir que nous vivons toujours dans une société androcentrique ne prenant pas en compte les besoins des femmes et des identités tiers.

Plutôt que de voir des spécialistes, je t’encouragerais davantage à trouver des médiations diverses au sein d’une association queer. La fréquentation d’un atelier drag king par exemple te permettrait aussi de goûter à ce qui pourrait être une apparence masculine réelle et fantasmée en situation ouverte et toutefois protégée. »

LE (BON) AVIS TRENDY : Je rejoins l’avis de Maud-Yeuse Thomas en t’encourageant fortement à tester un atelier « drag king ». Tu en sauras plus en lisant l’article que j’ai écrit sur le sujet en cliquant ici ! C’est, à mon avis, un bon début pour appréhender plus sereinement ton rapport à toi, à ton corps et à l’image que tu renvoies. Mais évidemment, si tu sens que cela ne t’apporte pas suffisamment de réponses, si tu ne te sens pas apaisée, n’hésite pas à consulter un spécialiste. Les experts de La Ligne Azur sauront t’écouter et te guider dans tes démarches.

EN BREF : « Il n’y a pas deux sexes mais une multiplicité de configurations génétiques, hormonales, sexuelles et sensuelles. » (Interviewde Beatriz Preciado par Cécile Daumas pour Libération le 14 octobre 2008)

Daisy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *