Les 10 principaux mythes à propos des personnes Transgenres part 1

z-1

Les dernières études disponibles(°) utilisant des calculs de prévalence indiquent que 0,5 à 1,5% de la population s’identifie comme transgenre – au moins 300.000 personnes en France. Et pourtant, la plupart des gens ne savent presque rien sur eux.

Et beaucoup de personnes, même parmi les militants LGBT et les féministes, ont du mal à distinguer l’identité de genre de l’orientation sexuelle, le mythe de la réalité transgenre, et à appréhender le concept même de transidentité.

Et combien de vos amis ou de personnes de votre entourage sont capable de définir le terme “transgenre“, même approximativement ? Peu nombreux !

z-3

Pourquoi en savons-nous si peu sur les personnes transgenres ?

Quand il s’agit de genre et de sexe, les personnes transgenres brisent les règles. Et comme l’existence même du patriarcat repose sur le respect de ces règles par tous, ceux qui les enfreignent sont une réelle menace.

Ces personnes doivent donc être réduites au silence. Les personnes transgenres sont systématiquement invisibilisées au quotidien.

Elles ne sont pas correctement représentées ni dans la vie politique, le gouvernement, ni dans les médias. Et elles ne sont pas encouragées à s’exprimer librement dans une société qui les craint. Elles ne sont souvent même pas en sécurité dans leur propre quartier.

Nous ne les connaissons pas parce que, franchement, nous ne les voyons pas.

Lorsque des personnes transgenres vivent leur vie publiquement, elles sont perçues comme des monstres, des déviants et des pervers. On leur dit qu’elles sont des erreurs de la nature. Elles sont haïs, blessées et même tuées.

Lorsque des personnes transgenres sont représentées dans les médias, elles sont souvent dépeintes comme des excitées sexuelles, des phénomènes incontrôlables, des droguées et des prostituées. Ou bien présentées à tord comme des drag queens flamboyantes.

Nous savons tous que c’est faux. Mais nous pourrions ne pas toujours savoir ce qui est vrai.

Car il est très facile de tomber dans le piège des stéréotypes associés à cette communauté que vous pourriez trouver difficile à comprendre. Peut-être êtes-vous même déjà tombé dedans !

Ce n’est pas grave. Être LGBT, féministe ou tout simplement humain ne signifie pas être parfait. Mais cela signifie faire un effort pour se renseigner, changer nos façons de penser et surtout démystifier les mythes que la société nous offre sur les communautés minoritaires.

z-2

Mythe # 1: Les personnes transgenres vivent des vies folles.

C’est probablement l’erreur la plus courante sur les personnes trans.

Beaucoup de gens associent à tort être transgenre avec une vie de débauche comme dans les films et les séries télévisuelles. Cela peut impliquer des performances de dragueur, des comportements hyper-masculins ou hyper-féminin, l’usage de drogues, la prostitution, …

Certaines personnes transgenres s’engagent effectivement dans ce type de comportements, tout comme certaines personnes non-trans. Mais toutes les personnes transgenres font des choses de tous les jours qui font partie d’une vie tout à fait conventionnelle : travailler, magasiner, regarder des films, embrasser leurs enfants et leur dire “bonne nuit”, …

Ce sont des personnes. Elles font ce que font toutes les personnes.

Mythe # 2: Les personnes transgenres sont confuses.

Le fait qu’une personne soit différente ne signifie pas qu’elle ne sait pas qui elle est.

Les personnes transgenres ont un sexe : mâle, femelle ou intersexe.

Les personnes transgenres ont un genre : homme, femme, queer ou tout autre genre.

Elles connaissent leur sexe et elles connaissent leur genre.

Cela peut être déroutant pour ceux qui s’identifient dans un rôle binaire homme/femme mais pour une personne transgenre, il n’y a aucune confusion. Elle sait qui elle est.

Ceci étant dit, réaliser que l’on est trans et faire un coming-out dans une société qui ne vous accepte pas ou ne vous comprends pas peut être très déroutant et blessant. Dans pareille situation, beaucoup de transgenres se sentent mal.

C’est un problème de société, pas un problème d’identité de genre.

z-4

Mythe # 3: Les personnes transgenres sont mentalement dérangées.

Il est vrai que de nombreuses personnes transgenres souffrent de problèmes psychologiques. Mais ce n’est pas en raison de leur identité de genre !

C’est parce que dans une société patriarcale, être transgenre peut causer beaucoup de détresse liée aux difficultés et à la transphobie. Tant de détresse, en fait, que cela peut être décrit par un diagnostic de trouble mental. Ce diagnostic est utile car il nous dit que cette personne est mal et que quelque chose doit être fait pour l’aider.

Les personnes transgenres ont le même cerveau que tout un chacun. Elles sont tout simplement confrontées à un stress mental et émotionnel beaucoup plus important.

Mythe # 4: Les personnes transgenres sont gay.

L’identité de genre et l’orientation sexuelle sont deux caractéristiques complètement différentes. L’identité de genre se réfère au genre par lequel une personne est socialement reconnue ou s’auto-définie. L’orientation sexuelle décrit un mode durable d’attirance (émotionnelle, romantique, sexuelle, ou une combinaison de tout ça) pour le sexe opposé, le même sexe, ou les deux sexes, et les genres qui vont avec.

Connaitre l’une des caractéristiques d’une personne ne nous apprends rien sur l’autre.

z-0

Mythe n ° 5: Les personnes transgenres sont des anarchistes avec des idées folles.

Les personnes transgenres viennent de tous les horizons politiques et religieux.

Beaucoup de personnes trans veulent juste mener leur vie dans le cadre “standard” de la société et veulent être acceptées et non condamnées par leurs familles, les religions, les gouvernements et les communautés.

Elles devraient être autorisées à vivre comme cela.

D’autres personnes trans souhaitent fortement changer le système binaire qui les a opprimé et le modifier plus radicalement. Elles souhaitent vivre en dehors des normes sociales traditionnelles et ne pas être considérées comme des monstres pour autant.

Elles devraient aussi être autorisées à vivre comme cela.

Les personnes transgenres sont diverses. ChacunE doit pouvoir prendre une décision très personnelle concernant la vie qu’ielle souhaite mener.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *